But d'une station d'épuration

L’importance de la pollution des eaux exige de nos jours une épuration pour éviter que les effluents pollués ne provoquent une destruction totale des écosystèmes aquatiques.

Il s’agit d’abord de débarrasser l’eau des éléments solides maintenus en suspension. Dans une station d’épuration ou STEP, c’est le traitement primaire qui s’en charge. Il consiste en l'élimination des déchets par des moyens physique ou physico-chimiques.

Il faut ensuite réaliser l’épuration biologique des eaux. Celle-ci a pour objet principal d’éliminer la pollution par des matières organiques en faisant appel à des bactéries aérobies qui dégradent rapidement par voie oxydative les composés organiques contaminant l’eau. Ce procédé permet d’éliminer la pollution organique, cause de l’asphyxie des rivières polluées. Les micro-organismes constituent des agents de dégradation d’une activité pratiquement illimitée. Ils sont capables de transformer nombre de molécules organiques ou minérales grâce à leur extrême richesse en enzymes qui catalysent les réactions nécessaires d’une part, à leur respiration, d’autre part à la synthèse de la matière vivante par biodégradation du milieu.

L’accent est mis aujourd’hui sur les micropollutions constituées par de faibles résidus de matières " toxiques ". De plus en plus, un traitement tertiaire a pour objet d’éliminer les sels minéraux nutritifs, résidus inévitables de l’épuration des eaux polluées de matières organiques. Ce sont les nitrates et les phosphates, cause de la dystrophisation des milieux aquatiques (dont l’activité biologique est ralentie en cause la pauvreté des milieux en oxygène et en bactéries actives).

La biodégradation des eaux usées urbaines ne pose pratiquement plus de problèmes. En effet, elles sont un excellent milieu de culture pour les micro-organismes, milieu équilibré la plupart du temps en éléments nutritifs (carbone, azote, phosphore) indispensables à leur prolifération. En STEP, on optimalise la capacité d’épuration de tout ce petit monde en créant les conditions favorables à son épanouissement : oxygénation, concentration.

Ce système est une reconstitution " industrielle " du phénomène d’auto-épuration naturelle. Elle en diffère par une plus grande vitesse de réaction due à une forte concentration en micro-organismes.