Valorisation des boues

La valorisation des boues est souvent aléatoire et leur évacuation constitue presque toujours une charge d’exploitation. Il faut d’une part limiter le coût sur la plan économique tout en protégeant l’environnement par le développement de solutions provoquant le minimum de nuisances.

La mise en décharge est sans doute la destination finale la plus fréquente des boues produites qui même en cas d’incinération demeure un sous - produit de volume non négligeable et rassemblant tous les métaux lourds contenus dans les boues. Ce type de résidus peut servir de stabilisateurs en génie civil.

Mais le stockage peut aller de la lagune à boues liquides, jusqu’au remblaiement d’excavations ou de dépressions en passant par la mise en décharge commune avec les ordures ménagères. Dans tous les cas, il s’agit de prendre les dispositions à la protection des nappes.

Certaines techniques de récupération de produits ou d’énergie sont parfois mises en œuvre mais sur des boues provenant de traitements particuliers : papier, agro-alimentaire, charbon...

Les boues sont intéressantes pour amender les sols. Elles sont intéressantes par les matières humides qu’elles apportent, par l’amélioration du pouvoir de rétention d’eau du sol et dans une mesure moindre par l’apport en matières nutritives. En plus, du fait des besoins cycliques dans l’agriculture, une politique d’utilisation dans ce secteur est difficile à mettre en place : il faut tenir compte de la variabilité des besoins nutritifs du sol en fonction de la rotation des cultures, de la constance de la qualité du produit, de la nature même du sol, des coûts d’évacuation et d’épandage.